>

Une carte Louvre familles pour Noël !

Vous n’êtes pas sans savoir que Noël approche à grands pas… Qui dit Noël, dit cadeaux !
Pour Ethel, je n’ai aucun problème. Chaque jour elle me fait part d’une nouvelle idée : une jolie poupée, un château de princesse, un cerf-volant chinois… En réalité, le plus compliqué est de trouver des cadeaux pour mes amies, mes sœurs, mes cousines et leurs petites têtes blondes.
Cette année, j’ai décidé de leur offrir une carte Louvre familles : un cadeau original, culturel et plein de surprises ! Comme moi, ils pourront parcourir le Louvre en long en large et en travers, narguer les visiteurs qui font la queue avec leur coupe-file  et développer leur créativité avec le matériel de dessin offert dans la mallette. Mais ce n’est pas tout, ils seront abonnés au magazine d’art Le Petit Léonard.
Et puis il y a la soirée exclusive du samedi 11 février 2012  dans les antiquités égyptiennes qui s’annonce féérique ! Nous pourrons y aller tous ensemble avec nos enfants.
Enfin, le petit plus, c’est que la carte Louvre familles à offrir en cadeau est à 70 € au lieu de 80 € pour les adhérents du musée entre le 15 décembre et le 15 janvier !

Conter la sculpture : des animaux et des hommes

Aujourd’hui, nous avons suivi une visite contée au Louvre … Cela faisait un bon moment que nous n’étions venues au Louvre. Nous voilà parties pour de nouvelles aventures. Direction : aile Richelieu.

Nous débutons la visite en allant à la recherche de la déesse grecque Artémis dans la cour Marly, baignée par la lumière naturelle. Mais comment donc la retrouver parmi toutes les sculptures ? C’est bien elle la déesse de la chasse, n’est-ce pas ? Elle doit logiquement porter un arc et des flèches, non ?










Nous observons attentivement les sculptures, certaines sont un peu abimées à cause de leur exposition en plein air (dans le fameux parc de Marly où Louis XIV s’était fait construire un « petit » château, rien que ça !). Heureusement, la verrière de la cour Marly les protège des intempéries désormais !

Je crois que nous avons trouvé Artémis ! Elle porte un croissant lunaire et d'étoiles car c’est elle, la déesse de la lune ! Elle apporte la lumière comme on frère jumeau Apollon, le dieu solaire.


« Oh les sandales ! Maman, je veux les mêmes sandales qu’Artémis »







 
Saviez-vous que les rois de France s’inspiraient de la mythologie pour se représenter. Ainsi Henri II avait fait représenter son amoureuse, Diane de Poitiers, aux côtés d’un grand cerf. Mais ne serait-ce pas plutôt Actéon transformé en cerf par Diane /Artémis ? Pourquoi un tel sort ?
Le malheureux a eu la malchance de surprendre Artémis, la belle, dénudée, et farouche, et ses compagnes nues, se baignant près d'une source. Artémis, mécontente et craignant qu'il se vante qu'elle s'est montrée nue en sa présence, le transforme en jeune cerf en lui jetant de l'eau au visage.
D'après la légende, les cinquante chiens ne reconnaissant plus leur maître Actéon, ils l'attaquent et ils le dévorent. Pauvre Actéon ! Etre dévoré par ses propres chiens, vous imaginez un peu ! Cela nous fait froid dans le dos avec Ethel !


La visite se poursuit avec les histoires de Saint Georges et le dragon, Saint François d’Assise et le loup… Que de péripéties, les œuvres du Louvre sont pleines d’histoire ! Le Louvre est plus que jamais un grand livre ouvert !

Premiers pas vers la Cité Interdite…

Je doute que l’information vous ait échappé, mais enfonçons le clou : pendant tout l’automne, une exposition permet de profiter de sa visite au Louvre pour partir à la découverte de la Cité Interdite sans pour autant quitter Paris. De quoi piquer la curiosité des enfants comme des parents, mais avouons-le, le parcours un peu long (trois salles à différents endroits du musée) ne facilite pas la découverte avec les plus petits. Dommage, me direz-vous. C’est sans compter avec toutes les activités proposées autour de cette exposition, qui permettront à chacun de trouver son bonheur, à son rythme et selon son âge.


Par exemple, Ethel et moi avons profité d’un fabuleux voyage vers Pékin hier, sans quitter l’auditorium du Louvre ! C’est en effet là que les enfants étaient attendus pour découvrir le Cerf-volant du bout du monde, un film de 1958 dans lequel une bande de gamins de Montmartre découvre dans un arbre un cerf-volant venu de Chine… dépaysement garanti pour les jeunes spectateurs de cette séance, qui ne découvraient pas seulement la Cité interdite mais également la vie des années 50 ! Et véritable instant nostalgie pour les plus grands, il faut l’avouer. De quoi patienter jusqu’à ce week-end… et aux nombreuses activités qui seront proposée aux familles autour des cerfs-volants.



Mais avant cela, je voulais surtout faire partager un autre « bon plan » pour les parents des plus petits. Jeudi l’auditorium propose une nouvelle séance de cinéma, autour de films d’animation chinois : La Flûte et le Grelot. Ces deux petits films musicaux en lavis animé (une technique très spécifique mise au point dans les studios de Shangai) nous plongent littéralement dans l’univers de la peinture traditionnelle chinoise. De jolies histoire autour d’animaux (et notamment d’un petit faon perdu qui rappelle d’autres souvenirs !), une séance courte (45 minutes) juste avant l’heure du goûter (la séance débute à 15h) : l’idéal pour faire ses premiers pas de cinéphiles dès 3 ans. Mais l’univers esthétique si particulier de ces films, leur poésie, saura aussi bien convaincre les enfants plus âgés et bien sûr leurs parents. Et oui, il y a mille et une façons d’approcher les mystères de la Cité Interdite en ce moment au Louvre, alors profitez en !
Pour réserver c'est ici !

Clip & Clap


Dès que j’ai vu le titre de cette nocturne « Qu’est ce qu’un tube ? », je me suis dit : ça c’est pour Ethel : elle qui me chante du Mika et du Emilie Jolie à longueur de journée, c’est une occasion de lui faire découvrir autre chose.
Animée notamment par Edouard Fouré Caul-Futy, producteur à France Musique, la séance démarre fort et les extraits musicaux nous font entrer dans le vif du sujet : des Quatre saisons de Vivaldi à D.A.N.C.E de Justice, nous voyageons à travers les années et découvrons l’évolution de ce « virus musical », Ethel sautille sur sa chaise, ravie de reconnaître quelques musiques !
On repartira  moins ignorantes après cette soirée :



Fan des Beatles lors d'un concert en juin 1965

Vous saviez vous, que, lors de leurs premiers concerts dans les stades, les Beatles ne s’entendaient même pas chanter et, leurs fans, bien qu’extatiques devant leurs idoles ne pouvaient pas profiter de la musique ? Heureusement pour nous : la qualité des concerts a bien évolué.












Une autre petite anecdote m’a bien fait rire : pour dire « tube », les allemands utilisent le mot « Ohrwurm » qui, littéralement, veut dire : ver d’oreille. Il n’y a pas à dire, c’est imagé !


A la fin : surprise, un groupe de rock monte sur scène et qui souhaite peut venir chanter avec eux. Là, ma fille se met à danser, ravie d’entendre Mickael Jackson et les Rita Mitsouko… Et moi je me dis : il en faut du cran quand même pour venir chanter devant toute la salle !


Prochaines séances : « La virtuosité » le 16 décembre; « La joute : la musique adoucit les meurtres » ; « La voix »… Tout un programme pour passer d’amateurs à professionnels !

Préparer son voyage vers l’au-delà !

Nous avons choisi les égyptiens pour notre premier atelier de l’année scolaire… un atelier famille que nous avons suivi ensemble et qui nous a beaucoup plu !

Savez-vous que les égyptiens avaient deux craintes : d’une part qu’on les oublie et d’autre part qu’ils n’aient pas assez à manger dans l’au-delà ! C’est pourquoi ils décoraient les murs de leurs tombes de scènes représentant la vie de tous les jours, un peu comme une bande dessinée en somme. On y voit des scènes d’agriculture, d’élevage, de banquets…Ils avaient aussi pour coutume de se faire enterrer avec leurs objets familiers (chaises, vases…). Pour eux, la vie dans l'au delà étant la même que sur terre, il fallait donc pouvoir disposer des mêmes objets ! C’est tellement logique ! Cela plaît beaucoup à Ethel tout cela…et elle commence déjà à se demander ce qu’elle aurait pris comme objets…il paraît qu’à la fin de l’atelier, une activité inédite nous attend… mais je ne vous en dit pas plus pour l’instant…



Le seul mastaba exposé au musée du Louvre est celui d’Akhethétep, dont on ne sait pas grand-chose si ce n’est qu’il avait une position élevée dans la société égyptienne. Mastaba veut dire banquette en arabe. C’est la construction qui surmontait les plus riches tombes de l'époque des grandes pyramides.

A l'intérieur, une chapelle décorée accueillait famille et visiteurs et servait au défunt à communiquer avec le monde des vivants. Il pouvait ainsi bénéficier de la nourriture et des boissons apportées par ses proches. Et si ces derniers oubliaient de lui rendre visite, des décors de pains, patte de bœuf, volailles, fruits et légumes ornait une table d'offrande en pierre. Ainsi Akhethétep pouvait se nourrir éternellement ! Un regard sur la nourriture suffisait pour ingérer celle-ci. Quelle magie !!!!

Nous avons appris plein de choses. Par exemple, les différentes épreuves que devaient passer le défunt pour accéder à l’au-delà. Le moment le plus important étant la pesée du cœur avant d’entrer dans le royaume d’Osiris, il devait être plus léger qu’une plume ! Ethel a un peu de mal à comprendre…






Ensuite, en atelier, nous nous amusons à dessiner chacun notre mastaba : en gros, ce que nous souhaiterions emmener avec nous dans l’au-delà…il y a de tout : une télévision, un cheval, une plage, des chaussons de danse, des frites et même des brocolis sur le dessin de mon petit voisin… Incroyable, non !


Les nouveaux avantages de la carte Louvre familles

Entre le goûter et les devoirs d’Ethel, dans le stress de la rentrée j’ai trouvé 10 minutes pour me rendre sur le site du Louvre afin d’en apprendre un peu plus sur la grande exposition à venir  La Cité interdite. J’en ai profité pour me rendre dans la rubrique Familles, mon adhésion à la carte arrivant bientôt à échéance.
Bonne surprise, depuis le 5 septembre, la carte nous réserve encore plus d’avantages pour cette nouvelle saison :
A commencer par les films d’animation et les spectacles pour enfants de l’auditorium qui sont maintenant gratuits pour les adultes aussi, une raison de plus d’y emmener ma fille qui les adore.
Puis l’abonnement d’un an au magazine le Petit Léonard qui plonge nos enfants au cœur de l’art et du patrimoine. Ma fille avait découvert le numéro de Juin sur le musée Delacroix, et avait surtout adoré les jeux … L’occasion d’apprendre en s’amusant!
(c) A. Mongodin

Et une boîte de pastels à l’huile qui va lui permettre de dessiner à sa guise toutes ses aventures, de l’école au musée, sans oublier les vacances !
Puis j’ai lu que le musée ouvrirait ses portes exclusivement aux adhérents de la carte lors d’une soirée incroyable le 11 février 2012, - vous imaginez : le Louvre que pour nous ! - Là, c’est décidé, je nous réinscris et c’est ici.

Les chefs-d'oeuvre du Louvre

Connaissez-vous les chefs d’œuvre du Louvre ? Sur le bout des doigts ? Si vous hésitez, faites comme Ethel et moi : participez à la visite en famille Les chefs-d’œuvre du Louvre. Guidées avec d’autres familles par une conférencière, nous avons percé le mystère des œuvres phares du musée !

Nous avons fait un tour dans le Louvre médiéval où nous avons découvert qu’il existait un château-fort à la place du musée. Nous avons pu voir sa maquette et même des pans de murs de ce château construit au début du 12e siècle, par Philippe Auguste.






Puis, nous avons traversé la salle des Caryatides, qui servait autrefois de salle de bal, pour rejoindre la Vénus de Milo et plus loin, la Victoire de Samothrace. Ces deux statues majestueuses (elles mesurent plus de 2 mètres et pèsent près d’une tonne !) tiennent toute deux leur nom des îles sur lesquelles elles ont été retrouvées. La Vénus a su conserver sa tête mais la Victoire arbore de grandes ailes !











Puis direction la mystérieuse (et très prisée) Joconde. Dur dur de nous frayer un chemin parmi les touristes. La guide a cependant réussi à faire s’approcher les enfants avant de les inviter à s’assoir. Les questions des enfants ont fusé : « Quel âge a le tableau ? », « Quel personnage a inspiré la Joconde ? », « C’est le premier tableau au monde ? », « Pourquoi il est derrière une vitre ? ».










 Enfin, nous avons contemplé "Le Sacre de Napoléon" (les enfants ont tout de suite reconnu la couronne que nous avions pu admirer en vrai dans la Galerie d’Apollon
quelques instants plus tôt), "Le radeau de la Méduse" et "La Liberté guidant le peuple", dans la salle des grands formats.



« Maman, c’est génial ! On retourne voir la Vénus de Milo, c’est ma préférée ? »


Bonnes vacances !

Nous sommes déjà le 18 juillet et il est grand temps de boucler les valises et d’aller respirer l’air du grand large…

Alors voici quelques derniers conseils pour un bel été au Louvre: 



Profitez sans modération du jardin des Tuileries*, havre de verdure au coeur de la ville, son aire de jeux pour enfants, de ses marchands de glace, ses terrasses de café... ouvert jusqu’à 21h tous les soirs en été : on peut même venir y pique-niquer en famille !


Vous pouvez également participer à une activité organisée par le musée :
- Jusqu’au 31 juillet, des visites pour les familles sont organisées pour vous (« Les chefs-d’œuvre du Louvre », « Qu’est-ce qu’un musée »…).
- A partir du 20 août, après une petite pause, reprise des visites pour les familles (« Toucher pour voir », « Photographier le Louvre »…) et des ateliers pour les enfants (« Dans l’atelier du peintre », « De l’icône au portrait »…).

Pour tout savoir cliquez ici :





Encore une très bonne idée : venez découvrir en famille « le papier à l’œuvre », une exposition présentée par le Louvre et Canson, sur les artistes et le papier, du XVe siècle à aujourd’hui.  
Blanc, coloré, transparent, huilé, tramé ou filigrané, découpé, déchiré ou malmené, récupéré, vous verrez combien le papier est un acteur à part entière du dessin. Et cela donnera peut-être quelques idées pour des activités à la maison autour du papier…












* Pourquoi les Tuileries ?
Ethel n’arrêtait pas de me questionner... Maintenant, je sais !
Ce nom provient des tuiles qui étaient à l’époque fabriquées dans ce quartier. Le palais des Tuileries, construit sur l’ordre de  Catherine de Médicis a été détruit en 1871 par un incendie, il n’existe plus mais le jardin a gardé son nom.




Le visage et ses expressions





Imaginez douze enfants et un adulte avançant masqués dans les salles du Louvre. Non vous ne rêvez pas…nous sommes bien au Louvre et c’est autorisé, seulement dans le cadre de l’atelier « le visage et ses expressions » !

Attention, avec Marianne, l’animatrice de l’atelier, les consignes sont claires : si on porte son masque, c’est motus et bouche cousue – on parle seulement avec des gestes -  et les enfants semblent adorer.

Arrivés dans la cour Puget,  Marianne nous emmène une statue de Jean-Baptiste Lemoyne : « Qu’est-ce que ça raconte ? Observez-bien… l’expression du visage est une bonne piste, puis la position du corps, regardez le bras de la jeune femme… »

Chacun donne alors sa version de l’histoire…




Marianne finit par nous raconter l’histoire qui a inspiré l’artiste. Il s’agit de Pomone, une nymphe qui avait comme passion les vergers et des fruits. Vertumne était désespérément amoureux de Pomone mais cette dernière le repoussait toujours. Alors il se déguisa en bien de personnes différentes pour être près de Pomone.
Un jour, déguisé en une vieille femme, Pomone lui a permis d'entrer pour discuter. Vertumne – sous ses habits de vieille femme -  lui dit beaucoup de bien sur Vertumne. Pomone regretta alors d'avoir éconduit un si charmant jeune homme et alors Vertumne redevint lui-même. Ses vergers ont maintenant deux jardiniers !!

C’est vrai que les sculptures peuvent raconter de sacrées histoires !!
En regardant la statue sous un autre angle, on comprend mieux l’histoire...

Puis Marianne nous questionne : « Est-ce du marbre ? Est-ce plein ou creux à l’intérieur ?  » En fait, c’est simple à retenir, si c’est du marbre, c’est plein à l’intérieur. Le sculpteur utilise masse, marteau, pointe afin de tailler le marbre et enlève peu à peu les morceaux.



Puis nous allons à la découverte d’autres sculptures aux alentours. Ma préférée, c’est le pêcheur à la coquille et Marianne de nous interroger à nouveau « quand un visage sourit, est-ce seulement la bouche ? Regardez bien ! »


« Certaines têtes sont parfois tellement expressives qu’il ne leur manque plus que la parole…Regardez Voltaire… Regardez la vie qu’il y a dans ses yeux».  J’aurais même dit de la malice !



De retour en atelier, chacun commence à personnaliser son masque.
A chacun de décider comment lui donner vie : la joie, la colère, l’étonnement, tout est possible…

Et voilà la photo de famille… ils sont expressifs nos masques, n’est-ce pas ?




Un après-midi au musée Delacroix


Avec ce magnifique temps, l'idée d'une visite d'un petit musée en plein coeur de Paris nous séduit plutôt avec Ethel. Nous voici donc parties pour le musée Eugène Delacroix, rattaché au Louvre depuis 2004. Sur la place Furstenberg, Ethel tourne en rond pour trouver l'affiche du musée qui indique l'entrée. Elle s'étonne "Mais c'est l'entrée d'un immeuble !"  
Et oui, le musée est l'ancien appartement et l'atelier du peintre dans lesquels il a vécu les 6 dernières années de sa vie. Après sa mort en 1863, la société des Amis d'Eugène Delacroix se constitue sous la présidence de Maurice Denis afin d'empêcher la destruction de l'atelier et de préserver l'oeuvre de cet incontournable artiste.
Ethel est très impressionnée de traverser le salon et la chambre de ce peintre dont elle connait bien sûr une de ses oeuvres majeures "La Liberté guidant le peuple", qu'elle avait admiré longuement au Louvre. "Oh, c'est chouette, il y a même sa palette de couleurs et ses pinceaux !"

Sortant de l'appartement, nous descendons quelques marches pour accéder à l'atelier donnant sur un charmant jardin. Et là, c'est un véritable voyage au Maroc... Ethel se régale en observant tous les objets (sabres, gourdes...) qu'Eugène Delacroix a rapporté de son voyage.   




Ensuite, petite pause goûter à l'ombre dans le jardin et le plus étonnant c'est ce calme qui nous fait presque oublier que nous sommes en plein coeur de Paris ! 
Un lieu unique à découvrir en cette belle saison, si vous en connaissez d'autres dans Paris, n'hésitez pas à nous en faire part !

Week-end familles aux Tuileries

J’espère que c’est bien vous que j’ai croisé au week-end familles, c’était génial !
Je ne sais pas ce que vous avez choisi, mais nous, nous avons tout fait.

Nous avons réveillé une statue, pour partir avec elle et imiter toutes les sculptures du jardin.







Plutôt pas mal notre pose d’Atalante, non ?




Nous avons aussi appris à croquer une sculpture contemporaine et apparemment les enfants se débrouillent mieux que les parents.





Et bien sûr j’ai participé à la construction d’un arbre des voyelles géant, magnifique à la fin de la journée puisqu’éclairé !


J’ai appris au cours de ce week-end que la prochaine fois, ce sera le 29 et 30 octobre et nous construirons des cerfs volants ! 
Promis, on s’y retrouve…

Les 18 et 19 juin au jardin des Tuileries

A ne pas rater !
Découvrez la sculpture dans le jardin des Tuileries ce week-end, c’est gratuit et c’est pour tous les âges. De 14h30 à 18h30, rendez-vous sous le préau pour des ateliers en plein air autour de la sculpture classique et contemporaine.
Pour plus d’infos c’est ici.

Les yeux du Louvre

Quel temps… à ne pas mettre un pied dehors, je serai d’ailleurs volontiers restée sous ma couette ! Mais en ce dimanche ma fille était déjà surexcitée alors que j’avais à peine soulevé les paupières.
Le petit déjeuner englouti et nous sommes parties en direction du Louvre.
Au programme, l’exposition temporaire Mimmo Jodice, les yeux du Louvre.
Le photographe napolitain confronte des photographies de portraits célèbres du musée et des personnes travaillant au Louvre, ce qui permet de mettre en valeur la qualité des portraits qui a impressionné Ethel au moins autant que moi !




Le jeu consistait donc à réussir à les différencier ; et c’est beaucoup plus dur qu’il n’y parait.
Les vêtements et la coiffure sont ses principaux indices pour résoudre le mystère.

A votre de tour de trouver comment Mimmo Jodice a fait pour redonner vie aux figures du passé… Un petit indice : Regardez les œuvres dans les yeux !

Un parcours au jardin des Tuileries!

La semaine dernière, Ethel et moi avons reçu à la maison le troisième parcours consacré aux adhérents de la carte Louvre familles Le Louvre côté jardin : les Tuileries, qui vient s’ajouter aux parcours Bienvenue au musée du Louvre et Rois et empereurs en ascenseurs !. Il faisait si beau dimanche matin que nous n’avons pas résisté à l’idée de flâner dans le jardin des Tuileries !
Flâner ? Que dis-je ! Ethel, drôlement douée pour répondre aux questions du parcours, avait tellement hâte de passer à la suivante que ma tranquille promenade du dimanche s’est transformée en un vrai parcours du combattant !





On avait pourtant commencé tranquillement ; en sortant de la station de métro Concorde, nous sommes restées scotchées un bon moment devant la perspective du grand axe des Champs-Elysées qui s’étend de la Concorde à la Grande Arche de la Défense. Mais sa bonne réponse à la première question du parcours lui a vite donné des ailes pour le reste du circuit !








Après avoir longé le grand bassin, elle m’entraine dans une allée du jardin pour admirer une statue à l’effigie de Charles Perrault. « Maman, Maman, le Chat Potté de Shrek ! ». Tiens, une bonne raison de lui lire le Chat Botté en rentrant à la maison !


Cette chipie a filé vers le magnifique arbre des voyelles : A, E, I, O, U…Y ! Elle les a toutes trouvées en un clin d’œil dans les racines de cette impressionnante sculpture en bronze de Giuseppe Penone.




Puis direction le bassin rond – où  j’ai pu souffler quelques minutes pendant qu’elle dessinait des oiseaux sur son parcours –  , la Terrasse Lemonnier et enfin l’arc de triomphe du Carrousel qui était autrefois l’entrée du Palais des Tuileries. Et rien de tel qu’un bon déjeuner sur l’herbe pour se requinquer !

« Maman, et si on faisait un tour dans le musée maintenant ? » Avec Ethel, je suis sûre de profiter au maximum de ma carte Louvre familles !

Les bons plans de juin

Aujourd’hui sur France Bleu Ile de France, j’ai entendu parler de la carte Louvre familles et des bons plans du mois de juin, écoutez c’est ici !

La porte des Lions

Je viens de passer devant la pyramide et quel monde ! Une attente qui vous donnerait envie de rebrousser chemin … C’est pour ça que je voulais vous rappeler la petite astuce de Pauline : l’accès par la porte des Lions (côté seine) pour éviter la foule : « trop stylé les deux lions à l’entrée » comme dit ma fille. Je dois reconnaitre que ce que je trouve surtout « stylé » c’est d’éviter de faire la queue… alors je partage !


Toucher les oeuvres !

Aujourd’hui nous sommes parties pour la galerie tactile du musée du Louvre, espace dédié aux personnes aveugles et malvoyantes et à toutes personnes qui ne résistent pas au plaisir de toucher les œuvres. Tous les moulages viennent d’être renouvelés et sont maintenant sur le thème de l’enfance. Je suis sûre que ça  va beaucoup plaire à Ethel.

Avant d’arriver je lui mets un bandeau sur les yeux pour qu’elle essaye de découvrir les œuvres sans jeter un coup d’œil avant.
La galerie tactile est un lieu très calme et très agréable à l’écart du brouhaha du musée.
Cette nouvelle formule lui plaît beaucoup, elle avance à tâtons et se laisse guider vers une première œuvre.
Au bout de quelques secondes elle me dit : "Là c’est une aile, oh et une main. Regarde maman il y a 5 doigts. Et elle fait presque la même taille que la mienne!"
La prochaine étape: à qui appartient cette main là, et que tient-elle ?
"Un instrument de musique à poils ?? " et la première question…
"Euh…Non, pas vraiment."
Nous cherchons encore, et découvrons un bec : un canard ? Une oie ! Gagné.
Enfin je lui demande de me dire si elle trouve le visage de l’enfant, ce qu’elle fait mais elle ne comprend pas tout à fait sa position : l’oreille serait le nez, la houppette un serre tête.  
Ma fille explose de rire quand elle enlève son bandeau et qu’elle découvre l’œuvre qu’elle vient de toucher : "je n’imaginai pas ça comme ça du tout!"



Nous avons touché d’autres œuvres et ce fut une vraie partie de plaisir : un cœur pour un papillon, un drôle de truc à barreaux à la place de la cage c’est tout de suite plus dur sans les yeux, mais la relation avec l’œuvre en est plus privilégiée.  

Pour plus d’informations rendez-vous ici.

Une oeuvre à la loupe ...

Aujourd'hui Arthur, le cousin d'Ethel, passe la journée à la maison et je suis fermement décidée à détourner son attention de la console de jeux familiale ... Direction le site internet du Louvre qui, lui aussi, fourmille de choses à découvrir et propose même de la 3D !
Pour l'instant, je propose à Arthur de regarder "les œuvres à la loupe" ... cette rubrique incite à regarder au plus près les détails d'une œuvre, d'en connaître les aspects historiques et artistiques avec un outil particulièrement ludique et simple à utiliser.
Arthur est perplexe mais accepte tout de même ma proposition. Reste à choisir quelle œuvre nous allons découvrir. Nous parcourons donc les pages du site pour faire notre sélection, les vignettes sont un peu petites mais Arthur me déclare d'un air très sûr "celui-là !". Un chevalier ? une bataille ? pas du tout: "Psyché ranimée par le baiser de l'amour" de Canova. C'est parti. Le module propose beaucoup d'informations, pas forcément à portée des plus petits, mais le commentaire d'accueil permet une bonne approche. Ensuite on peut regarder l'échelle de la sculpture, tourner autour, écouter une analyse détaillée de l'oeuvre. Mais ce qui amuse mon neveu, et ce pourquoi je l'ai "arraché" de sa console c'est la loupe. Très simple d'utilisation, elle permet d'étudier la sculpture dans ses moindres détails et sous des angles différents.Et j'ai gagné mon pari, il a passé du temps à jouer avec cette loupe et scruter tous les détails qui l'intéressaient.
La prochaine fois on attaque "le sacre de Napoléon" façon "où est Charlie" pour repérer tous les personnages !
A vous maintenant, c'est ici !


Et pour la 3D, je vous en parle très prochainement, ce sera l'occasion d'une nouvelle balade sur le site.

Un chameau au Louvre

A force de parler du musée du Louvre on en oublie presque le lieu proprement dit, alors aujourd’hui nous sommes parties avec en tête l’idée de l’aborder en tant qu’ancien palais des rois de France.
De la forteresse, construite par Philippe Auguste au XII è siècle pour protéger Paris, à la pyramide, il a été la résidence des rois de France : François 1er, Louis XIV, Henri II, Henri IV et bien d’autres s’y sont succédés.

Nous arrivons dans la grande Galerie, je pense justement à une anecdote rigolote qui s’y est déroulée.
Ethel est toute ouïe.
-   Imagine dans cette galerie longue de 450 mètres, Louis XIII, enfant, qui s’est amusé à courir avec ses chiens derrière un renard, et, encore plus étonnant : un chameau !!



Ethel n’en revient pas et trouve tout de même bizarre que ces animaux incroyables soient rentrés dans le Louvre…
Il faut bien dire qu’Henri IV n’avait pas construit la grande Galerie comme aire de jeu pour son fils, mais pour relier le Louvre et les appartements du roi aux Tuileries.
On l’appelait également « la galerie au bord de l’eau » car elle longe la Seine.





En dehors de ma petite anecdote, Ethel a également adoré les Quatre saisons d’Arcimboldo
 -   Ca aussi c’est rigolo Maman, on se croirait au marché !
Nous nous amusons donc à identifier sur ce portrait très curieux : une pêche pour la joue, le cornichon en guise nez, la cerise pour les cheveux, le chou en tant qu’épaule, la fleur représentant une oreille...etc
-   Et si ce soir à la maison, on faisait le portrait de Papa en fruits ? me demande ma fille

Si vous avez d’autres anecdotes à échanger, je suis preneuse !